fbpx

Les différents types de TCA : troubles du comportement alimentaire

Les TCA : troubles du comportement alimentaire

Cet article est entièrement dédié aux TCA : les troubles du comportement alimentaire.

Qu’est ce qu’est un TCA ? Comment savoir si vous souffrez d’un TCA ? Quels sont les différents types de TCA ?

Pour mieux comprendre les troubles du comportement alimentaire, comment on les diagnostique, dans cet article on verra ensemble leur classification, leurs critères, et je vous livrerai mon avis sur l’importance ( ou non) de cette classification.

Qu’est-ce un TCA ?

Le mot TCA est l’acronyme du mot Trouble du Comportement Alimentaire. On pourrait définir cela comme un dé-règlement du comportement alimentaire,

Si l’alimentation est source de stress, de pression, si votre estime de vous s’en trouve entachée, si votre poids est source de souffrance, il peut être intéressant pour vous de lire cet article.

Côté chiffres, les TCA dits “majoritaires”  concerneraient 10 % de la population. Ce chiffre peut monter à 20 % si on inclut tous les TCA et donc tous les rapports à l’alimentation troublée.

Chez les 15-24 ans, les TCA représentent la 2ème cause de mortalité, après les accidents de la route.

A titre personnel, j’ai souffert de TCA ( boulimie non vomitive) et de TCA non spécifique ( orthorexie, compulsions et obsession alimentaire pendant  de nombreuses années). De ce fait, c’est un sujet qui me tient très à coeur, car ce sont des maladies et troubles méconnues et mal accompagnés. Aujourd’hui je suis formée pour accompagner les TCA, 

Les classifications des TCA

Les TCA sont détaillés et définies par différentes classifications officielles des troubles psychologiques. Ces classifications sont créées par la recherche et validées.

Aujourd’hui, en ce qui concerne les troubles psychologiques, on reconnait deux classifications : 

  • DSM V : le manuel  diagnostique et statistique des troubles mentaux. C’est la 5ème version, elle date de 2015. 
  • CIM10 : Classification internationale des maladies est une classification médicale codifiée. 
Dans cet article, je me base sur la classification des TCA du DSM V.

Voici les différents types de TCA que l’on peut rencontrer. Ceci reste une classification ; à savoir qu’il est possible d’être à la frontière entre plusieurs TCA. C’est un continuum. De ce fait il est probable d’expérimenter une phase d’anorexie mentale, puis ensuite de boulimie. Ou bien d’hyperphagie puis de boulimie. (Presque) tout est possible ; cette classification n’est pas une règle et ne remplace pas ce que vous vivez au quotidien.

L'anorexie mentale ou anorexie nerveuse

L’anorexie mentale ou encore anorexie nerveuse est surement le TCA le plus “connu”.

On précise bien anorexie mentale ou nerveuse. L’anorexie “tout court” signifie l’absence d’appétit ; est une conséquence d’autres maladies ( par exemple une conséquences de chimiothérapie pour un cancer).

L’anorexie peut être définie comme le fait d’être en restriction alimentaire dans le but de contrôler ou perdre son poids.

Elle est associée à une dysmorphobie, une peur intense de grossir et dans les critères officiels, l’IMC est en dessous de 17,5.

On distingue deux sous type à l’anorexie mentale :

  • restrictif
  • l’anorexie boulimique : il y a également présence de compulsions et comportements de purge pendant les 3 derniers mois

La boulimie nerveuse

La boulimie nerveuse est basée sur un comportement :

  • de compulsions : c’est à dire le fait d’ingérer de grandes quantités dans un laps de temps assez court avec un sentiment de perte de contrôle. Dans les critères officiels, ces compulsions ont lieu au moins une fois par semaine pendant 3 mois
  • elle est associée avec une perturbation de l’image corporelle, une mauvaise estime de soi.
  • et surtout : on observe une présence de comportements compensatoires ( pour “rattraper” les compulsions) : que ce soit par les vomissements – on parle alors de boulimie vomitive- ; par la prise de laxatifs, par une hyper-activité, le jeûne, ou le sport. Le critère officiel indique que le phénomène compensatoire “doit” avoir lieu au moins une fois par semaine sur les 3 derniers mois.

 

L'hyperphagie

L’hyperphagie, jusqu’à peu était considérée comme un trouble non spécifique de comportement alimentaire. Et pourtant il serait très fréquent !

En anglais, on parle de “binge eating disorder”.

L’hyperphagie est le fait d’avoir des compulsions, au même titre que la boulimie nerveuse, mais sans phénomènes compensatoires.

Les critères officiels d’hyperphagie sont :

  • des compulsions au moins une fois par semaine pendant 3 semaines
  • pendant ces compulsions, la personne observe au moins 3 de ces sentiments  :
  1.  manger rapidement
  2. se sentir inconfortable
  3. manger de grande quantité sans avoir faim
  4. manger seule
  5. et ressentir du dégoût, de la déprime ou culpabilité suite à sa compulsion.

Du fait de la grande ingestion d’aliments, ce trouble de comportement alimentaire se manifeste par une prise de poids ; ce qui, dans une société grossophobe, accentue les sentiments de culpabilité et de dégoût.

PICA & mérycisme & ARFID

Le PICA, merycisme et ARFID sont un peu moins connus et plus rares ; cependant il me parait important de les mentionner car ce sont les TCA probablement les plus tabous.

PICA

Le mot pica vient du latin qui désigne la pie ( oiseau). En effet, la pie est réputée pour manger des choses non comestibles. Une personne qui souffre de PICA ingère des aliments non comestibles.  Pour que ce comportement corresponde aux critères du PICA, l’alimentation est jugée inappropriée pour le stade de développement de l’individu et ne fait pas partie de normes culturelles ou sociétales

MERYCISME

Le merycisme est le fait d’observer une régurgitation repétée d’aliments. Dans les faits, le merycisme est souvent associé à l’anorexie ou la boulimie , et il peut-être en lien avec la peur d’ingérer l’aliment. Ici l’aliment n’est pas mangé totalement.

ARFID

ARFID est l’acronyme de Avoidant and Restrictive Food Intake Disorder. Autrement dit : le trouble de l’évitement e de la restriction de la prise alimentaire. Cela se manifeste par un manque d’intérêt dans le fait de manger, ou un manque d’intérêt envers les aliments.

En association à cette perturbation, on peut observer :

  • Perte de poids significative
  • Déficience nutritionnelle significative
  • Dépendance à l’alimentation entérale ou à des compléments nutritionnels oraux
  • Dysfonctionnement psychosocial

Chez les jeunes enfants, on retrouve ce TCA souvent dans le trouble de l’oralité par exemple. Le trouble de l’oralité est  Pour en savoir plus, vous pouvez vous renseigner sur ce site (www.oralie-alimentaire.fr  par exemple.

Les autres TCA spécifiques : OSFED

Les OSFED est l’acronyme de Other Specified Feeding or Eating Disorder.

Cela concerne les troubles alimentaires qui ne correspondent pas à tous les critères des TCA vus au desssus.

On y retrouve ainsi:

  • l’anorexie atypique : lorsque tous les critères sont réunis sauf l’IMC qui n’est pas inférieur à 17,5
  • la boulimique atypique : tous les critères sauf que les compulsions et/ou les
    comportements compensatoires sont moins fréquents qu’une fois par semaine ou
    présents depuis moins de 3 mois. 
  • l’hyerphagie atypique : tous les critères sauf que les compulsions sont moins
    fréquentes qu’une fois par semaine ou présentes depuis moins de 3 mois
  • les troubles de purges : lorsqu’il y a des purges via des vomissements ou utilisation de laxatifs, mais sans compulsions, ni restrictions associées
  • le syndrome alimentaire nocturne : manger après s’être réveillé.e la nuit ou manger une grande quantité de nourriture après le repas du soir. 

Les autres TCA non spécifiques

Cette catégorie selon moi est celle qui concerne le plus de personnes. Souvent, lorsque je parle d’alimentation troublée, je fais référence à cette catégorie.

On peut observer ainsi des personnes qui présentent des symptômes  de dérégulation de comportement alimentaires mais qui ne rencontrent pas tous les critères de diagnostic. Les symptômes sont tout de même handicapants pour la personne, que ce soit au niveau physique, social, émotionnel ou psychologique.

De ce fait, et c’est ma propre interprétation, j’y inclus :
  • l’orthorexie : l’obsession de manger sain. On observe un fort contrôle alimentaire, avec une peur de certains aliments, dans le but de maintenir ou améliorer sa santé. 
  • toute l’alimentation troublée : le fait d’avoir des “petites” compulsions, des pensées de restriction, de culpabilité. Le fait de penser h24 à l’alimentation et d’anticiper les prises alimentaires. 

La liste des troubles du comportement alimentaire est de ce fait longue, ce qui explique que cela touche beaucoup de personnes.

Si certains troubles vous parlent ou vous questionnent, ne restez pas seul-e dans vos interrogations, et n’hésitez pas à en parler avec un-e professionnel-le formé-e à ce sujet.

Le but n’est pas de correspondre à tous les critères, loin de là ! Si vous expérimentez un de ces “critères” observés, vous êtes tout à fait légitimes de demander de l’aide quant à votre comportement alimentaire. Vraiment.

je vous souhaite de retrouver le chemin vers une alimentation sereine, de tout coeur.

 

Promis c’est possible de s’en sortir 

Laisser un commentaire